L'ASSOCIATION

L'idée de créer une association m'est venue à l'issue du triathlon de Nyon auquel j'ai participé pour la seconde fois en 2019. Avant la compétition, j'avais eu la chance d'avoir une pleine page dans le journal local "La Côte" pour exposer mon défi. Durant la course, sur le parcours, j'ai pu bénéficier d'un énorme soutien de la part des personnes en bord de route, mais aussi des athlètes présents et des organisateurs. A l'issue de l'événement, j'ai reçu énormément de messages de félicitations sur les réseaux sociaux. Et je me suis avoué qu'il y aurait eu moyen de récolter de l'argent pour une association.

 

J'ai alors eu la volonté de créer quelque chose de plus grand, me fixer un nouveau challenge sportif, à savoir l'Iron YaYa, que je souhaitais coupler avec la création d'une association. Son nom, Sport4Hope, a rapidement été imaginé. Le but étant d'associer l'espoir au sport. Mais pas uniquement, j'ai également la volonté de transmettre un message d'espoir à toutes les personnes victimes d'une maladie ou d'une pathologie rare, qu'elles aussi, pourraient avoir la chance de profiter de l'arrivée sur le marché d'un médicament.

 

Pour moi, le sport a toujours été un motif d'espoir, il m'a permis de m'accrocher, de m'entretenir. Il offre également la chance de réunir les gens, sans différences, sans frontière d'handicap, de genre, de religion, d'ethnicité ou d'orientation sexuelle.

 

Sport4Hope est une association à but non lucratif qui a comme objectif de récolter des dons pour la recherche concernant l'amyotrophie spinale, mais également toutes autres pathologies génétiques rares de même type.

Une partie des fonds récoltés seront distribués à diverses associations liées aux maladies génétiques et au Téléthon. 

L'autre partie des fonds servira à promouvoir des évènements sportifs permettant de mettre en lumière les maladies rares.

L'équipe

Yannick Tachet

Fondateur

Michel Tachet

Trésorier

Catherine Bach

Secrétaire Générale

“QUAND ON NE PEUT REVENIR EN ARRIERE, ON NE DOIT SE PREOCCUPER QUE DE LA MEILLEURE FACON D'ALLER DE L'AVANT”

— Paulo Coelho